Investissements étrangers

Avec plus de 4 400 établissements à capitaux étrangers dans l’industrie et les services à l’industrie, Auvergne-Rhône-Alpes est la deuxième région d’accueil des capitaux étrangers, derrière l’Ile-de-France. Quels sont les pays qui investissent le plus ? Quels secteurs intéressent ces investisseurs ? Quel est le poids de ces entreprises à capitaux étrangers ?... Une étude réalisée par notre service Intelligence Economique et Territoriale.

Des capitaux majoritairement européens

Douze pays rassemblent 87% de l’ensemble des établissements à capitaux étrangers en Auvergne-Rhône-Alpes. Si les Etats-Unis sont le premier pays investisseur en région, avec un cinquième des établissements étudiés, les pays suivants sont tous européens : Allemagne, Suisse, Royaume-Uni, Luxembourg et Italie prennent la suite du classement. Au total, l’ensemble des pays européens représentent près de deux tiers des établissements à capitaux étrangers en région.

L’industrie manufacturière en région : des spécialisations sectorielles bien marquées

L’industrie manufacturière est le premier secteur d’activité représenté, avec près d’un tiers des établissements concernés. Parmi ceux-ci, quelques domaines ressortent particulièrement :

  • la fabrication de machines et équipements,
  • la métallurgie,
  • les produits minéraux,
  • l’électronique et informatique.

On observe aussi des spécificités territoriales, mais qui ne sont pas propres aux capitaux étrangers, puisqu’elles correspondent globalement aux spécialisations industrielles des douze départements qui composent la région :

  • pôle dédié à la chimie dans le Rhône et l’Isère,
  • spécialisation de l’Ain dans les plastiques,
  • présence forte de l’agroalimentaire dans la Drôme, la Haute-Loire et le Cantal…

Une forte contribution à l’emploi

Si les établissements à capitaux étrangers sont donc très proches, dans leurs caractéristiques, de l’ensemble des établissements de l’industrie et des services à l’industrie en région, tous capitaux confondus, ils se distinguent cependant par leur taille. En effet, la part des établissements de plus de 50 salariés est bien plus élevée si l’on ne considère que les établissements à capitaux étrangers (19%, contre 7% pour l’ensemble des établissements, capitaux français et étrangers confondus).

En conséquence, si les établissements à capitaux étrangers ne représentent qu’une faible part des établissements de l’industrie et des services à l’industrie en région (moins de 2%), leur contribution à l’emploi est bien plus élevée. Ce constat rejoint d’ailleurs les conclusions faites à l’échelle nationale : Business France estime la contribution à l’emploi des entreprises sous contrôle étranger à 11%, cette contribution s’élevant à près d’un quart pour la seule industrie manufacturière.

Téléchargez la version intégrale de l’étude dédiée aux capitaux étrangers dans l’industrie et les services à l’industrie en Auvergne-Rhône-Alpes.

Synthèse en images

Implantation
Publiée le 12 novembre 2018

Partager